• Situation alimentaire : le gouvernement se mobilise pour faire face à l’insécurité alimentaire

    Niger Diaspora - Lundi 10 Mai 2010 11:18

    L'environnement à risque, le contexte socio-économique de pauvreté, le potentiel productif dégradé font du Niger un pays sensible à l'insécurité alimentaire et par conséquent souvent victime de crises alimentaire et nutritionnelle, indique un communiqué de presse du Centre d'information et de communication,  du Cabinet du Premier ministre dont nous publions ci-dessous l’intégralité :

    « Durant les 30 dernières années, le Niger a connu deux crises de très grande ampleur, en 1973-74 et 1984-85 et une crise majeure en 2005. Avec l'existence depuis 1998 d'un Dispositif National de Prévention et de Gestion des crises alimentaires, le Niger dispose d'une maîtrise  nettement meilleure de la prévention et de la gestion des crises. Cette année 2010, les résultats de l'enquête rapide sur la situation alimentaire des ménages en décembre 2009, indiquent un niveau national d'insécurité alimentaire correspondant au scénario 2 «insécurité alimentaire critique » du Plan National de Contingence adopté par le gouvernement en janvier 2008. Ce scénario traduit un deuxième niveau de détérioration de la situation alimentaire et nutritionnelle et nécessite «une mise en oeuvre d'actions d'atténuation de crise alimentaire de grande envergure». Face à cette situation, le 10 mars 2010, le Premier ministre a lancé officiellement un appel à la communauté nationale et internationale pour venir en aide aux populations vulnérables à l'insécurité alimentaire. En réponse à cet appel, le gouvernement a reçu officiellement les contributions suivantes : Royaume du Maroc: 232 886 151 FCFA et 105 tonnes de vivres et médicaments ; UEMOA : 200 millions de FCFA ; CEDEAO : 225 millions de FCFA ; Libye : 305 tonnes de vivres;  Mali : 150 Tonnes de céréales ; A.B.G. : 3 371 339 FCFA; Confédération Nationale du Travail : 200 000 FCFA ; Hadari Amadou : 1 million de FCFA ; BOAD : 200 tonnes de céréales. Parallèlement, cette situation a appelé à la réalisation d'actions d'atténuation des crises alimentaires par le Dispositif à travers un plan de soutien. Ainsi, au 05 mai 2010, le Dispositif National a mis en œuvre et/ou coordonné les réalisations suivantes : argent contre travail et transfert d'argent: Une somme d'environ 6,5 milliards de FCFA est en cours de distribution dans les zones vulnérables (DNPGCA : 2,4 milliards de FCFA ; 4 milliards par les ONGs (Save the children, Accion Contra el Hambre, Concern, Catholic Relief Services, Samaritan Purse, International Relief Development, Counterpart International, FAO) ; ventes à prix modérés de céréales : 60.000 tonnes de céréales prélevées sur les stocks et fonds gouvernementaux ont été mises en place dans les 211 zones vulnérables (ventes en petite quantité, ciblage envers les plus vulnérables, ventes aux Banques céréalières. Les ONGs locales Aren et Timidria mettent en œuvre au profit des éleveurs des ventes à prix modérés de céréales d'un tonnage équivalent à 1120 tonnes. Ventes à prix modérés d'aliments bétail: 11.200 tonnes d'aliments bétail sont prévues par les ONGs pour ventes à prix modérés en faveur des éleveurs vulnérables (2.200 tonnes en cours de distribution par Vétérinaires Sans Frontières, Samaritan Purse, Africare, Karkara, International Relief Development, Aren et Timidria, Quatar charity, 8000 tonnes à venir par la FAO). Distributions gratuites ciblées: une première phase de 21.000 tonnes (15.000 tonnes DNPGCA, 6000 tonnes PAM,) seront distribuées à partir du 15 mai 2010 dans les zones vulnérables en faveur des ménages en insécurité alimentaire sévère. En plus, 350 tonnes de vivres sont distribuées par des ONGs (Africare, CICR, Aren, Timidria, Care). Rations de décharge (blanket feeding): la direction de la nutrition, le PAM et l'UNICEF ont lancé la distribution de 11 093 tonnes de rations composées de CSB/CSB+, d'huile et de sucre dans les régions de Zinder, Diffa et Tahoua pour des enfants âgés de 6 à 23 mois. Malnutrition aiguë sévère. En cumulé, depuis le début de l'année 2010, environ 56.000 enfants atteints de malnutrition aiguë sévère ont été pris en charge dans les centres de santé du Niger, soutenus par l'Etat et ses partenaires (ECHO, UNICEF, ONGs). »

    (Source : Centre d'information et de communication, Cabinet du Premier ministre

    10 mai 2009
    Publié le 10 mai 2009
    source : Le Sahel

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :