• Les contes de notre ami Nicolas : Le sable parle dans le désert...

    Conte : LE SABLE PARLE DANS LE DESERT.....

Dans la tribu nomade des Kel Hoggar le jeune Dhiab, fils du chef Abdel Khani, était le meilleur des bergers. Rusé, grand cavalier, il maniait le takouba, parlait aux plantes et interrogeait le sable.
Un jour, avant de changer de campement, les sages de la tribu désignèrent un groupe de jeunes garçons pour repérer les terres de leur nouvelle destination. C’était une épreuve d’initiation. Fiers d’entrer ainsi dans le cercle étroit des initiés, ils enfourchèrent leurs chameaux et galopèrent à bride abattue. Quelques jours après, ils revinrent fourbus de fatigue. Pressés de se reposer, ils entravèrent leurs montures en aval de la réunion des sages qui les attendaient. Seul parmi eux, Dhiab prit la peine d’entraver sa chamelle en amont et fit les salutations d’usage avant de rejoindre la tente de ses parents.
Un peu plus tard, les jeunes se présentèrent dignement devant leurs ainés qui les interrogèrent. 
- Alors, ce voyage ? Qu’en avez-vous retenu ? 
- Rien de bien particulier ! répondirent les jeunes nomades.
Abdel Khani regarda son fils et insista : 
- Et toi Dhiab ? As-tu quelque chose à ajouter ?
Et à Dhiab d’expliquer : 
- Nous n’avons effectivement pas vu âme qui vive mais la terre que nous avons repérée, venait d’être traversée par une longue caravane. Une caravane qui comptait un dromadaire borgne, un dromadaire sans queue, un homme gaucher, une femme enceinte et une chienne qui venait d’avoir une portée.
Les anciens, qui savaient la marque de la lignée, tendirent leurs oreilles afin de n’en rien rater : 
- Comment peux-tu être si précis, alors qu’il n’y avait pas âme qui vive ?
Et Dhiab, inclinant légèrement la tête vers le bas en signe de respect, continua : 
- Les traces de la caravane sur le sol étaient visibles. Quant au reste, voici mes observations. Le dromadaire était borgne car sur le bord de la route, l’herbe n’était broutée que d’un seul côté. Preuve que l’animal ne voit que d’un œil. L’autre dromadaire était sans queue car il était le seul à avoir les crottes alignées. Preuve qu’il ne pouvait les disperser en agitant la queue. 
- Et l’homme gaucher ? Et la femme enceinte ? insista un homme de l’assemblée. 
- Le sable parle ! Comme vous le savez, les nomades ne se séparent jamais de leurs bâtons, prêts à se battre en cas de danger. L’un d’entre eux qui suivait à pieds, portait constamment le sien de la main gauche. Quant à la femme enceinte, ses pas sur le sable montraient qu’en marchant, elle appuyait beaucoup plus sur les talons. Seule une femme alourdie par sa grossesse marche ainsi. 
- Et comment as-tu deviné que la chienne de cette tribu venait d’avoir des petits ? 
- La chienne qui suivait, marchait par moment sur ses pattes arrières seulement, preuve qu’elle s’agrippait à une bête sur laquelle était posée sa portée. Cela chez les chiens nous l’avons tous constaté.
Les sages, qui étaient en admiration, posèrent une dernière question : 
- Dis-nous pourquoi, en arrivant, contrairement aux autres garçons, tu as attaché ta chamell en amont ? 
- J’ai senti la direction du vent. En aval, l’odeur du crottin de ma chamelle  risquait de vous incommoder, vous, l’honorable assemblée, conclut enfin Dhiab qui fit, une fois de plus, l’admiration des siens. 
Tous les sages tournèrent leurs regards vers Abdel Khani son père, qui dit avec fierté : « C’est ainsi

    Dans la tribu nomade des Kel Hoggar le jeune Dhiab, fils du chef Abdel Khani, était le meilleur des bergers. Rusé, grand cavalier, il maniait le takouba, parlait aux plantes et interrogeait le sable.
    Un jour, avant de changer de campement, les sages de la tribu désignèrent un groupe de jeunes garçons pour repérer les terres de leur nouvelle destination. C’était une épreuve d’initiation. Fiers d’entrer ainsi dans le cercle étroit des initiés, ils enfourchèrent leurs chameaux et galopèrent à bride abattue. Quelques jours après, ils revinrent fourbus de fatigue. Pressés de se reposer, ils entravèrent leurs montures en aval de la réunion des sages qui les attendaient. Seul parmi eux, Dhiab prit la peine d’entraver sa chamelle en amont et fit les salutations d’usage avant de rejoindre la tente de ses parents.

    Un peu plus tard, les jeunes se présentèrent dignement devant leurs ainés qui les interrogèrent.
    - Alors, ce voyage ? Qu’en avez-vous retenu ?
    - Rien de bien particulier ! répondirent les jeunes nomades.
    Abdel Khani regarda son fils et insista :
    - Et toi Dhiab ? As-tu quelque chose à ajouter ?
    Et à Dhiab d’expliquer :
    - Nous n’avons effectivement pas vu âme qui vive mais la terre que nous avons repérée, venait d’être traversée par une longue caravane. Une caravane qui comptait un dromadaire borgne, un dromadaire sans queue, un homme gaucher, une femme enceinte et une chienne qui venait d’avoir une portée.
    Les anciens, qui savaient la marque de la lignée, tendirent leurs oreilles afin de n’en rien rater :
    - Comment peux-tu être si précis, alors qu’il n’y avait pas âme qui vive ?
    Et Dhiab, inclinant légèrement la tête vers le bas en signe de respect, continua :
    - Les traces de la caravane sur le sol étaient visibles. Quant au reste, voici mes observations. Le dromadaire était borgne car sur le bord de la route, l’herbe n’était broutée que d’un seul côté. Preuve que l’animal ne voit que d’un œil. L’autre dromadaire était sans queue car il était le seul à avoir les crottes alignées. Preuve qu’il ne pouvait les disperser en agitant la queue.
    - Et l’homme gaucher ? Et la femme enceinte ? insista un homme de l’assemblée.
    - Le sable parle ! Comme vous le savez, les nomades ne se séparent jamais de leurs bâtons, prêts à se battre en cas de danger. L’un d’entre eux qui suivait à pieds, portait constamment le sien de la main gauche. Quant à la femme enceinte, ses pas sur le sable montraient qu’en marchant, elle appuyait beaucoup plus sur les talons. Seule une femme alourdie par sa grossesse marche ainsi.
    - Et comment as-tu deviné que la chienne de cette tribu venait d’avoir des petits ?
    - La chienne qui suivait, marchait par moment sur ses pattes arrières seulement, preuve qu’elle s’agrippait à une bête sur laquelle était posée sa portée. Cela chez les chiens nous l’avons tous constaté.
    Les sages, qui étaient en admiration, posèrent une dernière question :
    - Dis-nous pourquoi, en arrivant, contrairement aux autres garçons, tu as attaché ta chamell en amont ?
    - J’ai senti la direction du vent. En aval, l’odeur du crottin de ma chamelle risquait de vous incommoder, vous, l’honorable assemblée, conclut enfin Dhiab qui fit, une fois de plus, l’admiration des siens.
    Tous les sages tournèrent leurs regards vers Abdel Khani son père, qui dit avec fierté : « C’est ainsi...

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :