• "Justice à Agadez" ce soir sur France Ô

    LA JUSTICE A AGADEZ
    20h35

    A Agadez, ville du nord du Niger à la limite du Sahara, il existe, à côté du système judiciaire hérité de la colonisation et du code civil napoléonien, une seconde justice. Elle est l'héritage vivant d'une tradition musulmane et est incarnée par le Cadi. Le réalisateur a choisi quatre histoires de litiges qu'il doit résoudre. Si le Cadi, nommé à vie par le Sultan, applique la Charia islamique, il travaille en étroite collaboration avec la justice moderne du Niger.

    Documentaire - Culture Infos
    France - 2004
    Durée : 52 mn

    Rediffusions :
    Lun 24 à 15h15 sur France Ô
    Mar 25 à 16h45 sur France Ô


    Justice à Agadez

     

    Grand prix festival Traces de vies Vic le comte 2005

    Sélections :

    Festival One World de Prague 2006/

    Festival international du film de Fribourg 2006/

    Festival Africana de Milan 2006 /

    Fespaco Ouagadougou 2005/

    Etats généraux du film documentaire Lussas 2005 /

    Bilan du film ethnographique Paris 2005 /

     

    A Agadez, au Niger, il y a des policiers et des tribunaux, comme ailleurs. Mais il existe à côté d'eux un deuxième système judiciaire, héritage vivant d'une tradition musulmane empreinte du cosmopolitisme de la capitale touarègue.

    Le Cadi est une sorte de juge de paix traditionnel, dont la référence est le Coran. La charia du Cadi d'Agadez n'a cependant rien à voir avec les fanatismes, ni avec les cruautés des émirats. Pondération et bon sens, psychologie et connaissance des réalités…

    Les audiences du Cadi sont la scène magnifique et émouvante où se représente toute une société. Elles offrent une occasion de réfléchir à cette "justice de proximité" qui fait si souvent débat dans nos sociétés et de réfléchir à toute une série de questions qui dépassent la modeste salle d'audience du Cadi d'Agadez : qu'est-ce qu'un juge ? Quelles valeurs animent l'idée de justice? Quel rôle joue la figure de la loi dans la paix sociale ?

    Le jeune bucheron :

    Un jeune bûcheron veut se faire un peu trop rémunérer par son patron. Afin de recouvrer la somme qu’il réclame, il est amené par le Cadi à jurer sa bonne foi sur le Coran. Effrayé à l’idée d’être maudit par Dieu du fait de son futur parjure, il se rétractera.

    Le trésor du vieux Kinna

    Kinna, le vieux Touareg possède un beau troupeau de chameaux. Il accuse sa fille Touhousaï de lui avoir volé six bêtes pour les revendre sur le marché, ce qu’elle nie fermement. La honte pèse sur la famille et sur le clan tout entier.

    Alors que le vieux Kina réclame avec férocité son trésor à  Touhousaï, celle-ci,  appuyé par ses frères, tente de se défendre en évoquant des possibles témoins. Pour calmer cette affaire importante, le Cadi réclamera à Touhousaï la somme nécessaire pour racheter sur le marché un jeune chameau au le vieux Kina.

    Les mains Brûlées

    Cinq employés plongent leur main dans l’eau bouillante pour être innocentés du vol dont les accusent leur patron commerçant. Les cinq employés se brûlent la main, sans que le voleur ne soit pour autant démasqué. Au delà du vol, c’est cette pratique qui emporte le débat : que vallent cinquante mille CFA en face de cinq mains ?  Le commerçant ira y réfléchir en prison.

    La femme et le vieux bûcheron

    Un vieux bûcheron de la brousse a épousé une jeune femme. Elle ne supporte plus cette union : il l’a menace de sa hache car elle ne s’était pas offerte à lui depuis trois jours ! Effrayée par tant de violence, elle demande le divorce au Cadi. Le vieux en sera quitte pour payer une amande de 10  000 CFA à sa femme.

    La confidence

    Par jalousie, sa femme lui donne des coup de pied durant son sommeil. Elle l’a même attrapé par le sexe à six reprises. Le Cadi fera long feu de trancher en lui remettant sur le champ son papier de divorce.

    Le matelas :

    Makanaki est coutumier du fait : il se marrie, paye la dote à la familll, profite de sa femme, en particulier la nuit, et demande rapidement le divorce et donc le remboursement de sa dote afin de se remarier.

    Dans le cas présent, le mariage aura duré 12 jours, et la jeune femme en sera quitte pour son matelas.

    L’heureux dénouement

    La jeune femme est retournée chez ses parents depuis cinq mois. Entre temps, un enfant est né. Le père ne sais que faire pour que sa femme rentre chez elle. Ils s’aiment delà de cette discorde.

    Le Cadi trouvera les mots : le mari fera un cadeau à sa jeune femme et elle reviendra vivre chez lui avec leur bébé

    **********************************************************************************************************

    Cinédoc Films est une entreprise fondée par Christian Lelong. Ses activités sont : la production de films documentaires, la formation professionnelle.

    (voir le site)

    à lire l'aticle parue en 2005 par Olivier Barlet sur le site d'Africultures

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :