• Crise alimentaire au Niger / Situation toujours critique à deux mois des prochaines récoltes

     


     

    NIAMEY, Niger, 25 août 2010/African Press Organization (APO)/ — Pour faire face à la crise alimentaire qui frappe le Niger, Médecins du Monde a renforcé ses activités par l’ouverture d’un programme d’urgence dans le centre est du pays. Deux mois après, la situation reste pourtant alarmante.

    Au Niger, comme dans le reste du Sahel, la sécheresse et les pluies irrégulières ont entraîné cette année des récoltes insuffisantes et des manques d’eau sévères. Plus de 7 millions de Nigériens sont aujourd’hui touchés par une crise nutritionnelle , soit près de la moitié de la population.


    Selon une enquête du gouvernement nigérien , près de 17% des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë[1] . Un taux nettement supérieur au seuil d’urgence (15%) défini par l’OMS et en forte augmentation par rapport à l’an dernier (12% en juin 2009).

    ” La situation est très critique : La période de soudure, entre les récoltes, a commencé dès avril au lieu de juin. Les faibles réserves alimentaires se sont épuisées et les greniers sont vides. La saison des pluies vient juste de commencer mais il faut encore tenir deux mois avant les prochaines récoltes qui ne sont pas attendues avant fin septembre », explique le Dr Mamoudou Barro, coordinateur du programme de MdM sur le terrain.

    En réponse à cette situation d’urgence, Médecins du Monde a renforcé au mois de mai ses activités en lançant un programme de prévention et de prise en charge médico nutritionnelle des enfants de moins de 5 ans au centre-est du pays, dans la région de Tahoua, l’une des régions les plus touchées. Dans trois districts de la région – Keita, Abalak et Tchintabaraden-, les équipes de MdM soutiennent et forment le personnel médical de 46 centres de soins à la prévention et la prise en charge des cas de malnutrition.
    « Au cours des 6 dernières semaines, nous avons constaté une multiplication par 2 des admissions de cas de malnutrition aiguë. Plus de 2 700 enfants ont été admis dans les centres de récupération nutritionnels, un signe inquiétant de la situation de la région  » constate Mamoudou Barro.
    L es enfants présentant des critères de malnutrition aigüe, mais sans complications médicales, reçoivent des compléments nutritionnels à base d’arachide, et les cas sévères avec complications médicales sont transférés dans les hôpitaux de district où un suivi médical et nutritionnel est assuré. « Pour améliorer le repérage des enfants malnutris, nous avons également développé un travail communautaire permettant de dépister les enfants dans leurs villages et de les référer au plus vite dans les centres de soins » ajoute t-il.

     

    « Au-delà de l’appui d’urgence lié à cette crise aigüe, le Niger est confronté à une situation de malnutrition chronique qui nécessite un soutien durable au système de santé », alerte le Dr Olivier Bernard, président de Médecins du Monde. Depuis 2006, l’association intervient dans la région de Tahoua en appui au système de santé qui assure la gratuité des soins pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes. « C’est aussi en permettant aux enfants de se faire soigner que l’on améliorera leur état nutritionnel. La gratuité des soins pour les enfants a ainsi permis de multiplier par 3 la fréquentation des centres de santé dans la région et ce depuis 4 ans. »

    SOURCE : Médecins du monde

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :