• Assemblée Générale

    Assemblée Générale

     

    Le samedi 24 janvier 2015 s'est tenue l'assemblée générale de l'Association Tedhil

     

    L'ordre du jour était le suivant :

    - Présentation et vote du bilan moral et financier de l'année 2014

    - Renouvellement du bureau et modification adresse siège social

    - Projets pour 2015

     

    Assemblée Générale ASSOCIATION TEDHIL ENTRAIDE

           Rapport de mission 2014

     

     

     

     

    • Situation de la commune

    Les faits majeurs qui ont couronné la situation au niveau de l’ensemble de la commune :

    Des nouveaux agents pour la commune

    Après le médecin, plusieurs agents de l’Etat ont été affectés à la commune. Il s’agit d’un agent de l’élevage, d’un lieutenant des Eaux et Forêts et d’un agent de l’agriculture.

    Réalisation de la route latéritique du tronçon Awilikiss-Tajaé sédentaire

    Dans le cadre de ses projets de développement, l’Etat a financé les travaux de la route latéritique reliant le goudron au village. Les travaux se sont bien terminés. En plus de la route, la vallée la coupant a bénéficié d’un pont sous forme d’un seuil d’épandage permettant de stocker l’eau des pluies au moins quelques mois afin d’en faire profiter pour l’abreuvement les troupeaux.

    La réalisation de cette route a permis de désenclaver les villages. Aujourd’hui, on peut se rendre facilement à Tajaé avec n’importe quel type de véhicule sans se soucier de l’état de la route. En plus, les ponts réalisés favorisent la circulation des populations. Cela est d’autant plus important qu’auparavant on ne pouvait pas se rendre à Tajaé sédentaire après une grosse pluie, ni même emprunter l’ancienne route pour aller au goudron. Elle a enfin rendu la distance entre le goudron et Tajaé beaucoup moins longue.

    Raccordement du village au réseau électrique

    Autres projets de l’Etat, le raccordement au réseau électrique a été aussi effectué. Après plusieurs années de réalisation de la ligne haute tension passant à côté du village, les nouvelles autorités du Niger ont procédé à un vaste programme d’électrification rural. Une ligne de raccordement est partie d’Illélà et a connecté tous les villages se trouvant sur la route et à ses côtés jusqu’à Tajaé. Aujourd’hui, le village est connecté au réseau électrique. Dans tout le village, les gens se sont empressés d’acheter des réfrigérateurs, des télés et autres appareils domestiques. Cependant, l’école et le collège restent encore non raccordés au réseau.

     

    Assemblée Générale

    Ligne électrique devant la mairie de Tajaé – 18 juillet 2014

    Acquisition d’un motoculteur

    Dans le cadre de son initiative 3N, l’Etat a doté certaines mairies des motoculteurs. C’est ainsi que la commune de Tajaé a reçu ce motoculteur. Il fait office de motoculteur, de tracteur et d’autres usages. Il est disponible pour tout le monde et pour tous les travaux (culture, transport…) moyennant quelques frais par heure de travail.

    Assemblée Générale

    Essai du motoculteur – Tajaé 5 août 2014

    • Situation agropastorale

    La campagne agricole 2014 a été meilleure que celle de 2013. Le village a enregistré beaucoup de précipitations. D’ailleurs, ces dernières ont causé cette année de grosses inondations qui ont engendrés d’importants dégâts aux populations. Déjà en 2013, Tajaé et les villages alentours avaient connu des inondations qui avaient provoqué l’anéantissement des habitations et des cultures. Cela avait nécessité l’intervention de plusieurs ONG et organismes de développement comme REFORME, ISCV et HELP pour venir en aide aux 300 ménages sinistrés. Au total, 68 maisons dont 15 en terre stabilisée ont été reconstruites. Les quartiers Roumbouki et Hayi avaient également bénéficié de la construction de 2 blocks de classes équipées. À cela s’est ajouté une distribution de vivres et couvertures.

    Ces populations inondées en 2013 étaient à peine réinstallées dans leurs nouvelles demeures que de nouveau ils ont du faire face à une inondation lors de ce mois de juillet 2014. Il est tombé 65 mm de pluie dans la nuit de lundi à mardi 22 juillet au village et dans les villages situés en amont de la vallée de Tajaé. Cela a provoqué des gros écoulements que le pont a eu du mal à contenir. Du coup, les eaux se sont déviées pour emprunter un ancien lit de rivière situé à l’ouest du village. Au petit matin, des nombreuses concessions sont tombés et des semis dans les champs étaient complètement sous la boue. Heureusement aucune victime humaine n’a été enregistrée lors de cette inondation. Les ménages concernés ont dès le mois d’août commencé à recevoir l’aide d’urgence de l’Etat en vivre dont la distribution a été lancée par le ministre de l’énergie et du pétrole en mission dans la région. Des ONG ont également distribué tentes et couvertures pour ceux qui ont perdu leurs habitations.

    à lire l’article sur le blog de l’association : http://associationtedhil.eklablog.com/les-inondations-deviennent-cycliques-dans-la-commune-de-tajae-au-niger-a108670050

    • Situation sanitaire

    Lors des travaux de la route reliant Awilikiss (la RN1) à Tajaé sédentaire, le CSI a bénéficié d’une clôture en matériaux définitifs grâce aux ouvrages rattachés à la réalisation de la route. Ces travaux de clôture voulus depuis longtemps par le comité de gestion du centre de santé vont permettre de sécuriser non seulement le CSI, mais aussi de le rendre encore plus propre en empêchant l’incursion des animaux errants.

    Le personnel au sein du centre de santé ne s’arrête pas de s’agrandir, ce qui est une bonne chose pour la commune eu égard à l’importance humaine de la zone couverte par le centre de santé. En plus du médecin, le centre de santé comprend deux infirmiers diplômés d’Etat (une femme et un homme), une sage femme, un gestionnaire, un technicien de labo et un manœuvre, ainsi qu’une infirmière mise en place par l’ONG Concern pour son programme sur la malnutrition.

    Comme à chaque saison, les pluies sont toujours synonymes de paludisme. Cette année des campagnes de sensibilisation et des moustiquaires ont été distribués, mais cela n’a pas empêché d’enregistrer d’importants cas de paludisme.

    L’évacuation des malades, autrefois très compliquée, n’est plus qu’un lointain souvenir. Avec l’appui des partenaires au développement et des collectivités locales, l’évacuation des malades vers le centre de référence d’Illéla est aujourd’hui gratuite pour tous les malades. En plus, grâce à la générosité d’un citoyen de la commune, le CSI a reçu le don d’une ambulance pour ses évacuations sanitaires. Celui-ci a aussi pris en charge les frais pour refaire l’installation électrique dans tous les bâtiments du CSI. Avec la disponibilité de l’électricité, les produits et autres vaccins seront bien conservés. A cela s’ajoute l’eau potable disponible depuis 2012 grâce à l’Association Tedhil. Nous pouvons dire que les premières conditions sont réunies pour un bon fonctionnement. Sauf que dans le CSI, il manque toujours des médicaments pour apporter des soins de qualité aux malades. L’ouverture d’une pharmacie privée dans le village permet à ceux qui ont les moyens de se procurer les produits.

    Au sein du centre de santé, l’ONG Concern poursuit depuis 2005 son programme de lutte contre la malnutrition des enfants de moins de 5 ans par la distribution des céréales et des produits vitaminés (Plumpy nut). Chaque semaine, les agents de l’ONG procèdent au suivi des enfants et des rations leurs sont distribuées comme complément alimentaire.

    • Situation scolaire

    Au niveau du primaire :

    L’école primaire possède toujours un nombre suffisant d’enseignants, situation qui n’est pas fréquente comparée à d’autres écoles du Niger. Chaque niveau a son propre enseignant. La connexion de l’école au réseau d’eau potable du village réalisée, en 2012 par l’Association Tedhil a permis la disponibilité d’une eau de meilleure qualité dans l’école. Chaque classe a installé un récipient bien protégé pour la consommation des élèves. Les écoles (Franco-arabe et collège) situées à côté de l’école primaire utilisent aussi l’eau de la pompe pour les besoins des élèves.

    La mission s’étant déroulée avant la rentrée des classes, nous n’avons pas eu le nombre des élèves inscrits à l’école primaire pour la rentrée 2014/2015. Depuis, la suppression du Certificat de fin d’étude du premier degré (CFEPD), mis à part les redoublants, tous les élèves du CM2 passent directement au collège à la fin de l’année.

    A l’école bilingue, par manque des manuels en tamasheq et dans un souci d’orientation vers le collège, le programme est redevenu normal depuis l’an dernier. Les élèves ont adaptés un programme d’enseignement similaire aux écoles primaires.

     

    Au niveau du Collège

    Le CEG qui a bénéficié en 2013 de la construction d’un bloc de trois (3) classes en matériaux définitifs, a malheureusement perdu 2 classes. En effet, une violente tempête a emporté tout le toit de l’ancien bâtiment laissant les murs intacts. Cette situation va encore plus contribuer au manque de classe déjà cruciale à chaque rentrée.

    Avec un nombre important d’élèves enregistrés à chaque rentrée scolaire suite à la suppression du CFEPD, le comité de gestion est obligé de construire chaque fois des classes en paillote pour accueillir les élèves en classe de 6ème et 5ème. Un projet de réalisation d’un bloc de 2 classes est en cours et nous espérons également la réfection de l’ancien bâtiment.

    13 élèves ont été admis au brevet d’entrée au lycée (BEPC) pour l’année scolaire 2014-2015.

    Depuis le départ de l’ancien directeur (qui au demeurant donnait toute satisfaction), l’intérim a été assuré par un enseignant.

     

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :