• Après la crise alimentaire, production céréalière en forte hausse

    La production céréalière en 2010 au Niger sera en hausse de 62% par rapport à 2009, alors que le pays vient de juguler l'une des pires crises alimentaires de son histoire, prévoit l'Onu dans un rapport publié mardi, s'inquiétant toutefois de la situation nutritionnelle des enfants. La production céréalière en 2010 au Niger sera en hausse de 62% par rapport à 2009,
    alors que le pays vient de juguler l'une des pires crises alimentaires de son histoire, prévoit l'Onu dans un rapport publié mardi, s'inquiétant toutefois de la situation nutritionnelle des enfants.

    Le Niger va engranger cette année quelque 5,6 millions de tonnes de céréales, contre 3,4 millions en 2009, soit une hausse de 62%, selon les résultats d'une pré-évaluation de la campagne agricole par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

    Les récoltes de 2010, qui ont commencé fin septembre et ne sont pas terminées dans certaines régions, sont en hausse de 42% par rapport à la moyenne des cinq dernières années, précise OCHA.

    Ce premier bilan a été fait en octobre par une mission conjointe du ministère nigérien de l'Agriculture, de l'ONU et du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (Cilss, neuf Etats).

    Les huit régions du Niger ont enregistré des excédents céréaliers variant d'environ 4.800 tonnes à plus de 150.000 tonnes, souligne OCHA.

    Le haricot, une des céréales de base, voit sa production bondir à près de 2 millions de tonnes, contre moins de 800.000 tonnes en 2009.

    Selon les autorités nigériennes, ces résultats s'expliquent par une bonne pluviométrie en 2010 - qui a même entraîné des inondations - et une faible pression des "parasites" (criquets, chenilles, etc.).

    Quelque 7 millions de personnes, soit près de la moitié de la population, ont souffert d'une nouvelle grave crise alimentaire en 2009-2010, en raison de l'insuffisance ou de l'irrégularité des pluies en 2009.

    Mais pour l'ONU comme pour Niamey, le pire a pu être évité.

    "Les besoins des sinistrés ont été couverts à 80%", a affirmé en octobre la junte au pouvoir depuis le coup d'Etat de février, saluant "l'aide massive" de l'extérieur.

    En revanche, la situation nutritionnelle des enfants inspire toujours l'inquiétude, selon la mission conjointe.

    Plus de 1.000 enfants sont encore admis chaque jour dans les centres de prise en charge de la malnutrition "aiguë sévère", d'après l'Unicef.

    Quelque 16,7% des moins de cinq ans souffraient fin octobre de malnutrition "aiguë", un taux supérieur au seuil d'alerte de 15% fixé par le Programme alimentaire mondial (PAM), avaient indiqué les autorités nigériennes.

    09 novembre 2010
    publié le 09 novembre 2010
    Source : http://www.24heures.ch/

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 14 Novembre 2010 à 13:07

    Thanks,

    I translate this and put on my blog

    2
    Samedi 1er Janvier 2011 à 02:58

    Thanks, can you give us the adress of your blog ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :