• 39ème édition de la fête de l’arbre :

    Le Président de la République donne

    le coup d’envoi de l’opération 

    "un village, un bois "

    Le Chef de l’Etat donnant le coup d’envoi

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                            Le Chef de l’Etat donnant le coup d’envoi

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Des maison inondées à Tajaé;Tahoua;Niger

    La commune rurale de Tajaé est l’une des 4 communes que compte le département d’Illéla. Elle compte plusieurs villages et hameaux. L’agriculture et l’élevage sont les 2 activités principales de sa population. Tajaé Nomade (chef lieu de la commune) et Tajaé Sédentaire (plus le quartier Hayi) sont 2 villages voisins. Ils sont séparés par un grand ravin. Ce dernier, prend sa source de très loin en arrosant de très nombreuse vallées. Parfois même, il inonde les deux villages. En rappelle, l’année passée c’étaient plu de 300 ménages qui ont été inondés. Malgré qu’il n’y a pas eu de perte en vies humaines, beaucoup d’abri étaient tombés en ruines et dissouts dans les eaux. N’eut été l’intervention de certains ONG (REFORME, ISCV et HELP), beaucoup de ménage resteront longtemps sans abris. Certains chefs de ménage ont été relocalisés. Au total, 68 maisons dont 15 en terre stabilisée ont été construites. Le quartier Roumbouki et Hayi ont tous bénéficié de 2 blocks de classes équipées (ces ouvrages ont été réceptionnés le vendredi 11 juillet 2014). En cela s’ajoute, d’énorme quantité de vivres et autre couverture distribuée.

    Cette année encore, ces mêmes inondations viennent de commencer. Depuis le mardi passé (22 juillet), toutes les zones inondables des 2 villages sont trompées d’eaux. Ils ne sont tombés que 65 mm de pluie dans la nuit du lundi à Mardi. Heureusement, ces eaux sont arrivées le jour. Si cette pluie était tombée la nuit, beaucoup de dégâts et plus importantes que celles de l’année dernières seront enregistrées. Pour le moment, et malgré les signes avant coureur, aucune disposition n’est prise pour empêcher le scénario de l’année dernière.

    source fada.eklablog.fr/  Par malami dans Accueil le 24 Juillet 2014 à 14:15

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Niger : Inquiétude grandissante sur la situation critique de la campagne agricole

    NIAMEY (Xinhua) - Les autorités nigériennes sont de plus en plus inquiètes face au retard important des pluies cette année qui affecte gravement la campagne agropastorale du pays, dont l'agriculture et l'élevage font vivre près de 90% de la population rurale et constituent les deux mamelles de l'économie nationale.
     
    Niger : Inquiétude grandissante sur la situation critique de la campagne agricole
    CC BY Julien Harneis. Femmes qui pechent dans le fleuve Niger
     
    Dans une communication faite mardi au conseil des ministres, le ministre nigérien en charge de l'agriculture, Abdou Labo, a fait savoir que plusieurs localités de la région de Zinder (centre) et Diffa (Est) n'ont pas encore semé.

    La situation est particulièrement grave à Diffa où aucun village du département de N'guigmi (extrême-Est) n'a encore effectué les semis, a-t-il indiqué.

    Au regard de cette situation, le gouvernement nigérien a été instruit pour anticiper et faire face à toute éventualité d'une campagne agropastorale en deçà des espérances.

    Cette situation est d'autant plus préoccupante que la sécheresse engendrée par le retard des pluies est en train de décimer déjà une bonne partie du cheptel dans le nord du Niger, notamment les localités du Nord-Maradi, Est-Tahoua, et Sud-Agadez, les zones d'élevage par excellence du pays.

    Le Niger est connu également pour ses sécheresses cycliques, tous les dix ans. Les grandes sécheresses de 1969, 1974, 1984, 1994 et 2004 ont profondément déstabilisé les populations.

     

    Sur le même sujet consulter le site Afrique Infos

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • mediaGetty Images/ Aldo Pavan

    Les éleveurs sont en crise dans le nord du Niger, dans la région d’Agadez. Il n’y a plus de pâturages et la pluie tarde à venir pour en faire pousser des nouveaux. Les animaux sont en train de mourir de faim. L’Etat a effectué plusieurs missions sur place pour venir en aide à ces éleveurs en crise.

    La situation est désormais critique dans les zones d’Aderbissinat, Ingall et Tchirozerine. Là-bas, une vache peut se vendre à moins de 2 000 francs CFA. Souvent, les bouchers n’en prennent même plus tellement elles sont mourantes. Il en est de même pour les petits ruminants.

    Ce sont les conséquences de la saison des pluies qui tarde à s’installer : les animaux n’ont donc rien à brouter. Une situation que le ministre de l’Elevage est venu constater lui-même.

    Suite à cette visite, une opération de déstockage du cheptel a été lancée le dimanche 20 juillet par des équipes envoyées sur le terrain. Elle consiste pour l’Etat à acheter, auprès des éleveurs, les animaux les plus affaiblis. Les caprins et les bovins sont ainsi achetés à 50 000 francs CFA l’unité et les petits ruminants à 10 000 francs CFA. Avec ces revenus, les éleveurs peuvent se procurer des aliments pour bétails à des prix largement revus à la baisse pour la circonstance.

    Mais les 1 000 tonnes d’aliments pour bétail acheminés sur Agadez sont très en deçà des besoins évalués à quelque 3 400 tonnes pour cette période de crise.

    Source : RFI

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique