• mediaGetty Images/ Aldo Pavan

    Les éleveurs sont en crise dans le nord du Niger, dans la région d’Agadez. Il n’y a plus de pâturages et la pluie tarde à venir pour en faire pousser des nouveaux. Les animaux sont en train de mourir de faim. L’Etat a effectué plusieurs missions sur place pour venir en aide à ces éleveurs en crise.

    La situation est désormais critique dans les zones d’Aderbissinat, Ingall et Tchirozerine. Là-bas, une vache peut se vendre à moins de 2 000 francs CFA. Souvent, les bouchers n’en prennent même plus tellement elles sont mourantes. Il en est de même pour les petits ruminants.

    Ce sont les conséquences de la saison des pluies qui tarde à s’installer : les animaux n’ont donc rien à brouter. Une situation que le ministre de l’Elevage est venu constater lui-même.

    Suite à cette visite, une opération de déstockage du cheptel a été lancée le dimanche 20 juillet par des équipes envoyées sur le terrain. Elle consiste pour l’Etat à acheter, auprès des éleveurs, les animaux les plus affaiblis. Les caprins et les bovins sont ainsi achetés à 50 000 francs CFA l’unité et les petits ruminants à 10 000 francs CFA. Avec ces revenus, les éleveurs peuvent se procurer des aliments pour bétails à des prix largement revus à la baisse pour la circonstance.

    Mais les 1 000 tonnes d’aliments pour bétail acheminés sur Agadez sont très en deçà des besoins évalués à quelque 3 400 tonnes pour cette période de crise.

    Source : RFI

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Fort taux d’échec aux examens du BEPC session de juin 2014

     Quelque 24.409 élèves ont été déclarés admis sur les 93.302 candidats qui se sont présentés aux examens du Brevet de fin d’étude du premier cycle (BEPC) session de juin 2014, au Niger, soit un taux de réussite de 26,44 pour cent.Sur les candidats qui se sont présentés 42.770 sont des filles et ont enregistré un taux de réussite de 26,13 pour cent alors et les garçons qui sont au nombre de 50.532 ont enregistré un taux de réussite de 28,56 pour cent.

     Selon la ministre des Enseignements Secondaire, Mme Bety Aichatou Oumani, le fort taux d’échec enregistré cette année par les candidats est à imputer aux lacunes trainées par les élèves depuis de longues années et auxquelles s’ajoute un encadrement donné par des enseignants qui n’ont pas le profil.

     Mme Bety Aichatou Oumani a salué tous les acteurs qui se sont mobilisés pour l’organisation de ces examens. Il s’agit des enseignants, des élèves, des parents d’élèves, des Forces de défense et de sécurité, des autorités administratives et coutumières.

     Par rapport aux lacunes et à la qualité des enseignants et des enseignements, la ministre des Enseignements secondaire a souligné que des mesures et des dispositions ont été prises pour améliorer la qualité et trouver des solutions à toutes les difficultés soulevées.

    Copyright : © APA

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Accidents de circulation et de la route au Niger : Les citoyens toujours victimes du laisser-aller des autorités

    Rimbo Transport

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le jeudi 10 juillet dernier, un grave accident de la route s’est produit entre Dosso et Doutchi, plus précisément dans les environs du village de Boureïmi. Provoqué par un bus de la compagnie Rimbo Transport Voyageurs (RTV), cet accident a coûté la vie à au moins dix (10) personnes. Il est le nième du genre qui implique les bus de cette compagnie et compte parmi les accidents de circulation et de  la route les plus mortels, face auxquels malheureusement les autorités nigériennes sont jusque-là restées de marbre.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La ministre de l’Enseignement Primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l’Education Civique, Mme Ali Mariama Elh Ibrahim, a participé du 25 au 26 juin dernier, à la 2ème conférence de reconstitution du Fonds du partenariat mondial pour l’Education, tenue à Bruxelles en Belgique. La conférence s’est tenue sous le thème: ‘’Un appel à investir dans une éducation de qualité pour tous les enfants’’.

    Le Partenariat mondial pour l’éducation est un regroupement international composé des Etats et des ONG, et qui apporte aux Etats une contribution sous forme de dons afin de les aider à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Sur invitation personnelle de Mme Alice Albright, présidente du PME, le Niger a été représenté par la ministre de l'Enseignement Primaire, de l'Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l'Éducation Civique.

    La réunion de Bruxelles s’est ouverte le mercredi 25 juin avec deux séances à huis-clos centrées sur les thèmes ‘’L’après 2015 : l’éducation que nous voulons’’ ; et ‘’Education universelle gratuite et gouvernance : établir les liens’’. La journée du jeudi 26 juin 2014 a été celle de la reconstitution des ressources pour la période 2015-2018. Au cours de cette séance, les représentants des pays en développement-partenaires, des donateurs, des organisations internationales, des fondations privées et des entreprises, ont annoncé leurs contributions financières au fonds du Partenariat mondial pour l’éducation et les augmentations des budgets nationaux consacrés à l’éducation.  Les promesses totales de contributions ainsi enregistrées s’élèvent à un montant record de 28,5 milliards de dollars US.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique